frise frise frise frise frise frise

AGENDA

Le salon des animaux de compagnie - 101 compagnons
Lycée Depoorter à Hazebrouck
Forum du HAN10CAP à Troyes

Voir l'agenda du mois
le chien guide > Les métiers liés au chien guide

L'animalier
Durant toute la durée de son séjour au centre (d’environ 11 mois à 20 mois), les chiens sont pris en charge quotidiennement par des animaliers qui se relaient sept jours sur sept, 365 jours par an, par équipe de deux.
Les animaliers s’attachent à préserver les acquis affectifs du chien (acquis en famille d’accueil : ils prennent du temps pour jouer avec eux, pour les détendre. Ce sont eux également qui s’occupent des soins quotidiens du chien (les brosser, les laver, les nourrir, nettoyer les boxes…).
Il est important que les soins soient dispensés tout en s’assurant de réduire au maximum toutes sources de stress qui pourraient compromettre le potentiel des chiens à devenir chiens guides.

Le moniteur
C’est le moniteur qui prend le premier en charge le chien qui vient de quitter sa famille d’accueil.
Il fait avec lui des exercices à la laisse, évalue les acquis de sa pré-éducation et poursuit le travail au harnais.
Il vérifie la régularité de sa marche, ses arrêts à la bordure du trottoir, l’obéissance aux ordres directionnels, sa concentration (ne pas renifler, résister à l’attirance de ses congénères..) et son rappel.
Il lui apprend l’évitement des obstacles en milieu urbain : le contournement des poteaux, des poubelles, des voitures en stationnement illicite…
Il travaille avec lui la recherche de siège, de porte, de guichet bancaire, de la boîte aux lettres, de l’accès aux transports en commun ou encore de la caisse dans un magasin…
Il vérifie que le chien repère les escaliers et en présente correctement les marches, les abris bus, les entrées de métro…

L'éducateur
L’éducateur prend le relais et poursuit la formation du chien.
Il utilise les capacités de réflexion du chien, pour qu’il désobéisse intelligemment s’il sent que son maître est en danger : dans le cas par exemple d’un trou sur le trottoir à cause de travaux, le chien refusera d’avancer malgré l’ordre de son maître et se positionnera en travers de ses jambes pour l’obliger à s’arrêter.
L’éducateur va se mettre en situation de danger pour vérifier que le chien a bien compris son rôle de protection.
Une fois le chien en fin d’éducation, l’éducateur le teste auprès d’un de ses collègues, qui se met volontairement « sous bandeau ». Ainsi, il peut, «en conditions réelles», analyser les points forts et faibles de son chien.
Si le chien réussit avec succès les différents exercices, alors il est temps pour lui de faire le bonheur d’une personne déficiente visuelle.

L'instructeur en locomotion
Parallèlement au travail d’éducation des chiens, l’instructrice en locomotion travaille avec la personne déficiente visuelle pour l’aider à mieux gérer ses déplacements avant l’arrivée de son chien.
Ce travail d’accompagnement se déroule à l’école et sur le lieu d’habitation du demandeur.
Apprendre à mieux appréhender l’espace, mieux se déplacer de façon autonome, en toute sécurité est l’un des objectifs de la locomotion.

La locomotion s’adresse aussi bien à des personnes aveugles que malvoyantes.
La locomotion ne se résume pas qu’à l’utilisation de la canne blanche.
• Elle s’appuie sur un acquis psychomoteur.
• Elle sollicite les moyens de compensation sensorielle.
• Elle exige un développement de l’observation, du sens de l’orientation, de la capacité de visualisation.
• Elle met en jeu l’utilisation de repères, de la mémoire, du raisonnement et de la réflexion.
En locomotion, l’objectif ne se réduit pas à l’apprentissage de quelques itinéraires déterminés. Il vise l’acquisition d’une maîtrise de l’environnement, d’une facilité d’adaptation nécessaire pour transposer les connaissances acquises en fonction des situations.
Ce travail peut durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Toutefois, cela reste un pré requis avant la remise d’un chien guide.